Skip to content

Solentra a récemment mis en place une clinique de jour spécialisée dans le traitement des traumatismes pour les personnes issues de l’immigration. Pendant trois mois, les participants se réunissent chaque semaine à Bruxelles pour un traitement de jour intense des traumatismes complexes.

Quarante à soixante pourcent des réfugiés dans le monde seraient traumatisés : syndromes de stress post-traumatique (SSPT), deuils congelés, troubles de l’attachement… Ce traumatisme les empêche de reprendre leur vie en main et de s’intégrer avec succès dansune nouvelle société.

De plus, le TSPT complexe est transgénérationnel : le traumatisme est transmis des parents aux enfants tant qu’il n’est pas traité.

« La plupart des réfugiés sont peu familiarisés avec la psychiatrie et le traitement des traumatismes, ce qui entraîne un fort sous-traitement » explique Angie Nicolas, qui travaille comme psychologue clinicienne à la clinique de jour. « Atteindre ce groupe cible nécessite donc une approche spécifique. »

La plupart des réfugiés sont peu familiarisés avec la psychiatrie et le traitement des traumatismes, ce qui entraîne un fort sous-traitement. Atteindre ce groupe cible nécessite donc une approche spécifique.

Pourquoi une clinique de jour ?

Une clinique de jour est une forme très efficace de traitement des traumatismes, car elle permet un traitement intensif sur une courte période. Les réfugiés bénéficient de ce type d’intervention qui leur fait gagner du temps et ne ralentit pas le processus d’intégration. Après tout, ils doivent souvent repartir de zéro : apprendre la langue, trouver du travail, trouver leur place à l’école…

Des conseils adaptés à la culture dans une clinique de jour permettent de détecter rapidement les problèmes de santé mentale graves et de contrer les traumatismes supplémentaires dans le pays d’arrivée. Il facilite également l’intégration des clients. Des pays comme le Canada et les Pays-Bas l’ont déjà prouvé.

« De plus, l’approche collective fonctionne bien avec les traumatismes de guerre » explique l’ethnothérapeute Alain Nlandu. « Ce que disent les pairs en tant qu’experts d’expérience semble souvent plus plausible que ce que leur dit un thérapeute en traumatologie. »

L’approche collective fonctionne bien avec les traumatismes de guerre. Ce que disent les pairs en tant qu’experts d’expérience semble souvent plus plausible que ce que leur dit un thérapeute en traumatologie.

Comment ça fonctionne ?

Lors de l’admission, les participants indiquent les thèmes spécifiques sur lesquels ils souhaitent travailler. Les thèmes abordés comprennent la régulation des émotions, les traumatismes, le stress et l’adaptation, la résilience et l’inclusion, le deuil, l’adaptation, la migration, le racisme/l’exclusion, la communication …

Sur cette base, ils participent à une série de séances de groupe. Le profil des participants est également toujours pris en compte lors de la répartition des groupes : famille avec jeunes enfants, adulte, adolescent, mineur non accompagné …

Nos psychologues utilisent diverses méthodes dans la clinique de jour : NET, EMDR, neurofeedback, thérapie psychomotrice, yoga, thérapie par le jeu… Outre le psychologue, un interprète est toujours présent.

Quel est l’impact du traitement de jour ?

Nous voulons aider les personnes issues de l’immigration à combattre les symptômes du traumatisme et à stabiliser leurs émotions. Par exemple, les traumatismes ont perturbé le sentiment de sécurité. Les expériences de perte peuvent à leur tour perturber l’attachement et un sens de la justice perturbé entraîne une méfiance à l’égard des autorités et d’autres organismes.

Les sessions de la clinique de jour renforcent les capacités d’adaptation et d’estime de soi et permettent de relier leurs pensées à leurs sentiments. Pour les familles en particulier, la clinique se concentre également sur la façon dont elles fonctionnent en tant que famille dans leur nouveau contexte. Comment remplissent-elles les nouveaux rôles de parents et d’enfants ?

En plus du traitement de jour intensif, nous proposons une offre de soutien aux soignants. Par exemple, ils apprennent à structurer l’environnement du client afin d’accroître sa résilience.

Infos pratiques

Les séances ont lieu au bureau de Solentra:

Sainctelette Square 17
Entrée Quai des Péniches 1
1000 Bruxelles

Solentra fournit des soins de santé mentale spécialisés. Il n’est donc pas possible pour les clients de prendre rendez-vous directement. L’inscription ne peut être effectuée que par un prestataire de soins ou de services (médecin généraliste, psychiatre, travailleur social, employé du CLB …) à l’aide du formulaire ci-dessous.

Menu